Cité de la logistique : les citoyens remportent la première manche

LLL_ACV_Guybourg_02La conseillère de Maisonneuve–Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde, a commenté la volte-face du maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve dans le dossier de la Cité de la logistique. « Après avoir ignoré les légitimes revendications citoyennes pendant plusieurs mois, Réal Ménard démontre enfin de l’ouverture dans le dossier de la Cité de la logistique, un projet qui suscite plusieurs inquiétudes dans notre arrondissement. Je comprends les craintes des citoyens : un projet de cette ampleur ne peut voir le jour sans qu’ils soient consultés », a-t-elle souligné.

Laurence Lavigne Lalonde se réjouit que, malgré l’obstruction systématique de l’administration de Coderre-Ménard, les citoyens viennent de remporter la première manche de la bataille. « L’attitude du maire de l’arrondissement dans ce dossier a été déplorable depuis le début. Alors que la mobilisation citoyenne prenait de l’ampleur, Réal Ménard se plaisait à répéter que jamais il ne laisserait les citoyens se prononcer sur ce projet devant l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). La détermination des citoyens, qui ont consacré un nombre incalculable d’heures pour récolter plus de 4000 signatures, a forcé le maire d’arrondissement à plier l’échine », a ajouté la conseillère.

Bien que l’annonce du maire représente un premier gain pour les citoyens, ceux-ci désirent poursuivre la mobilisation pour être partie prenante dans l’élaboration du mandat qui sera donné à l’OCPM. « Cette annonce tardive, alors que les citoyens ont atteint plus de 80% de leur cible de signature, a fait perdre un temps précieux dans un contexte où les promoteurs cognent à la porte de l’arrondissement pour proposer des projets de développement, et c’est sans compter la perte de plus de  25 000 $, que l’arrondissement a investi en improvisant une consultation avec l’Institut du Nouveau Monde le 28 janvier dernier », a ajouté Laurence Lavigne Lalonde.

Afin que l’arrondissement tienne compte non seulement des besoins du secteur industriel, mais également de ceux du secteur résidentiel, le maire doit s’engager à ce qu’un Programme particulier d’urbanisme (PPU) soit élaboré pour le secteur puis soumis à la population par le biais de l’OCPM. « Tenir une consultation sur les Plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) de la future Cité de la logistique serait nettement insatisfaisant. Ce ne sont pas les aspects cosmétiques du projet qui doivent être débattus, mais sa pertinence pour le quartier », a conclu Laurence Lavigne Lalonde.

Renseignements : Marc-André Viau, attaché de presse de l’Opposition officielle à la Ville de Montréal, 514 872-1108 / 514 245-6838, marc-andre.viau@ville.montreal.qc.ca