Motion invitant Transcontinental Média à abandonner leur intention d’éliminer la couverture journalistique des enjeux politiques locaux dans ses hebdomadaires montréalais

Attendu que les journaux locaux jouent un rôle important en matière d’information locale et de démocratie régionale;

Attendu que Transcontinental Media (TC Média) a pris la décision de licencier 11 des 22 journalistes affectés à la couverture de l’information régionale et locale pour la grande région de Montréal;

Attendu que chacun des 11 journalistes restants devra fournir seul l’information pour alimenter les 22 journaux de la grande région de Montréal;

Attendu que considérant le nombre limité de journalistes qui demeureront à l’emploi, TC Média demande à ses journalistes de ne plus couvrir : les réunions des conseils d’arrondissement, les projets reliés au programmes triennaux d’immobilisation, les réunions de changement de zonage, l’actualité politique, les communiqués des politiciens, les résultats sportifs, les conférences de presse couvrant l’actualité et de ne plus faire de dossier d’enquête;

Attendu que cette décision aura comme conséquence de priver la population d’une source d’informations précieuses qui étaient souvent diffusées seulement dans les journaux locaux;

Attendu que des élections municipales seront déclenchées prochainement à Montréal et que TC Media a indiqué à ses journalistes qu’ils ne couvriront plus les élections, tant au niveau municipal, provincial que fédéral, ce qui aura un impact direct sur l’exercice de la démocratie, car les candidats locaux sont rarement présentés dans les médias nationaux et les journaux locaux de TC Media qui donnaient une place aux candidats et aux élus locaux, ne parleront plus d’eux;

Attendu que le fait de posséder plusieurs journaux représente un pouvoir important pour les propriétaires de médias et que ce pouvoir s’accompagne d’obligations qui sont encadrées par le guide « Droit et responsabilité de la presse », du Conseil de presse du Québec, qui prévoit notamment :
« Les décisions concernant l’orientation, la programmation, le choix du personnel et les affectations des journalistes relèvent de la direction des salles de rédaction des médias. Elles ne doivent pas avoir comme but, ni comme conséquence de priver le public d’une information à laquelle il a droit, ou d’empêcher les journalistes d’exercer librement leur métier. Elles seraient alors assimilables à de la censure ou à des sanctions pour délits d’opinion. »;

Il est proposé par Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, appuyé par François W. Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie:

Que le conseil de ville demande à Transcontinental Média de reconsidérer la mise à pied de la moitié des journalistes de ses salles de rédaction de la grande région de Montréal;

Que le conseil de ville demande à Transcontinental Média de respecter ses obligations en matière de droit au public à l’information et de respecter le mandat des journaux locaux qui devrait être d’offrir une véritable information qui est exacte, rigoureuse et complète sur toute question d’intérêt public touchant les communautés locales selon ce qui est prévu dans le guide « Droit et responsabilité de la presse » du Conseil de presse du Québec;

Que le conseil de ville demande à Transcontinental Média d’utiliser un nombre suffisant de journalistes pour fournir une information de qualité dans tous les arrondissements montréalais.